A propos du livre « Luxemburger Pilze » (Schiltz Fernand, 2011)

L’auteur présente quelques champignons de « chez nous » dans leur contexte écologique, à découvrir au cours de balades champêtres. On retombe vite dans l’ornière des « ça se mange » (avec recettes) et « ça se mange pas » (sans recettes),  ce qui revient à réduire la belle diversité fongique, évoquée dans l’introduction, à un rayon légume en plein air. Et pourquoi pas ? C’est vrai, les savoirs ancestraux ont tendance à se perdre et il y a une réelle demande de la part du public. Sauf que ce livre, sorti en mai 2011, contient plus de 100 erreurs et approximations.

Quelques exemples:

  • un grand nombre de champignons toxiques ressemblant à des espèces comestibles ne sont pas signalés;
  • la recommandation de ne pas consommer les champignons crus ou poussant dans des endroits susceptibles d’être pollués est omise;
  • certaines espèces présentées comme comestibles ne sont pas officiellement considérées comme telles;
  • la réglementation en vigueur au Luxembourg n’est pas à jour ;
  • les légendes des photos sont le plus souvent absentes et parfois erronées.

Le Groupe de recherche mycologique a rédigé un errata et l’a transmis le 18 juillet 2011 à l’éditeur ainsi qu’à l’auteur, resté sans suite à ce jour (8 décembre 2011).

Société des naturalistes luxembourgeois